Aller au contenu
Avertissement: Pour améliorer l'expérience utilisateur sur ce site, nous utilisons des cookies.

Archives de presse

Communiqués de presse

Le SNI réagit positivement à l'accord bruxellois mais regrette la scission entre économie et emploi

Le SNI n’a eu de cesse de rappeler qu’un chef d’entreprise pour entreprendre et investir, a besoin de stabilité et de vision à moyen terme. La mise en place d’un gouvernement bruxellois va dans ce sens. Le SNI réagit dès lors positivement à l'annonce d'un accord de gouvernement en Région bruxelloise mais regrette fortement la scission des compétences économie et emploi. « Ces deux composantes ne peuvent aller l'une sans l'autre et se renforcent mutullement. Pourquoi donc les séparer? »

Dans l’axe « économie », « nous constatons un accent écologique certain avec la mise en avant d’une économie décarbonée et circulaire, » observe Christophe Wambersie, Secrétaire Général Wallonie-Bruxelles du SNI. L’organisation patronale se montre ouverte à cette proposition mais rappelle que le gouvernement devra faire montre de pédagogie, accompagnement et planification. « Il faudra également des mesures incitatives pour y arriver. » Le SNI rappelle que, par pédagogie, il faut entendre la nécessité de démontrer que le bon sens économique qui caractérise ses affiliés, sous-tend l’ensemble de ces évolutions.

Le SNI souligne également et approuve l’effort à fournir pour une plus grande digitalisation de l’économie. « Incontestablement, la digitalisation fait et fera partie de l’évolution de notre économie, nos entrepreneurs doivent s’y impliquer pleinement pour en tirer profit et ne pas perdre pied face à ces révolutions, » poursuit Christophe Wambersie. Le SNI pour sa part, s’implique déjà pleinement dans plusieurs actions pour permettre aux indépendants, qu’ils soient entrepreneurs ou commerçants, de mieux adopter la numérisation via notamment la facturation électronique ou encore l’exploitation du digital au profit du commerce indépendant.

« Selon leur accord, les partenaires de la future majorité bruxelloise entendent également soutenir l’économie traditionnelle de l’entrepreneur, aux artisans en passant par le commerce de proximité. » Le SNI souligne que, si l’intention est louable, aucune précision sur les actions et mesures concrètes n’a encore été apportée.

En matière d’emploi, la future « Garantie solution » doit s’attaquer à un problème récurrent à Bruxelles, à savoir le manque de qualification et donc de formation suffisante pour de nombreux demandeurs d’emploi. « Il s’agit d’un objectif ambitieux, » selon le Secrétaire Général Wallonie Bruxelles du SNI. « Il faut cependant prendre le problème à bras le corps. Comme le SNI ne cesse de le marteler, la problématique des métiers en pénurie et la difficulté criante que rencontrent nos entrepreneurs dans le recrutement et ceci dans les métiers les plus traditionnels tel l’Horeca, le commerce ou le transport ne font que se renforcer. »

Le SNI demande enfin qu’un dialogue pratique et concret s’instaure avec les opérateurs de formation bruxellois allant accueillir ces demandeurs d’emploi afin qu’ils puissent les intégrer de manière harmonieuse avec une valeur ajoutée pour tous les candidats en formation. « Il faut de la rapidité dans la mise en œuvre de ces axes car les entrepreneurs ont besoin de travailleurs formés et motivés dès aujourd’hui ou, au grand plus tard, demain matin…, » conclut Christophe Wambersie.

Devenez membre du SNI

et profitez de tous les avantages de votre affiliation.

Affiliez-vous