Aller au contenu
Avertissement: Pour améliorer l'expérience utilisateur sur ce site, nous utilisons des cookies.

Archives de presse

Le SNI se positionne sur les lignes directrices wallonnes du PS et d’Ecolo

Bruxelles, le 28 juin – En sa qualité de représentant patronal wallon, membre de « la société civile », le SNI (Syndicat Neutre pour Indépendants) sera reçu ce vendredi 28 juin dès 08h30 par les négociateurs PS et Ecolo au parlement Wallon pour exposer son avis sur les lignes directrices proposées par le possible gouvernement ‘coquelicot’. Christophe Wambersie, Secrétaire Général Wallonie-Bruxelles : « Le SNI soutiendra toutes les initiatives qui prennent en compte l’importance des indépendants et entrepreneurs wallons pour les aider à se créer mais surtout à se développer. Il souligne cependant l’indispensable nécessité d’une stabilité politique et économique. »

Dans le cadre de leurs discussions, le PS et Ecolo ont émis une feuille de route pour la Wallonie constituée de 20 lignes directrices. Les deux partis qui négocient un potentiel gouvernement « Coquelicot » souhaite impliquer les acteurs de la « Société Civile ». En tant qu’organisation représentant des indépendants, des chefs d’entreprise et des commerçants, le SNI apprécie cette démarche de consulter des organisations structurées. Bien que le SNI ait été récemment invité par le formateur Elio Di Rupo pour faire connaître ses priorités, c’est la première fois que l’implication de la société civile va un pas plus loin et que son avis est demandé sur des propositions de lignes directrices (axes) rédigées par des partis en négociation.

A priori, « le SNI soutiendra toutes les initiatives qui prennent en compte l’importance des indépendants et entrepreneurs wallons pour les aider à se créer mais surtout à se développer, » confirme Christophe Wambersie, Secrétaire Général Wallonie-Bruxelles. Le SNI rappelle néanmoins qu’un entrepreneur pour qu’il entreprenne, a besoin ‘comme de pain’, de stabilité politique et économique et d’une vision à moyen terme pour avoir envie de se lancer, de croître et d’investir. « Nous espérons dès lors que la solution politique à trouver en tienne évidemment compte. »

Le SNI met en avant qu’une majorité des mesures présentées dans ces lignes directrices doivent avoir des retombées positives concrètes, directes et réellement mesurables sur le plan de l’activité économique wallonne, et cela quelle que soit la taille de l’entreprise et son secteur d’activité. « Dans le cadre de la transition écologique, le secteur économique doit y être associé étroitement pour en faire bénéficier ses entreprises. Il faut favoriser l’incitation, la pédagogie d’accompagnement comme pour l’économie circulaire et la progressivité plutôt que la sanction, » insiste encore Christophe Wambersie.

Le SNI souhaite aussi une véritable politique organisée des circuits courts associant le commerce indépendant de proximité. Il considère que l’économie de la réparation prend tout son sens dans notre époque actuelle.
Selon le SNI, il est utile de rappeler que nombre de petites entreprises cherchent toujours vainement des travailleurs pour le développement de leur activité. « C’est une réalité dans les secteurs les plus traditionnels comme l’Horeca, les métiers alimentaires (boucheries, boulangerie… ), les transports ou encore la construction. Ce sont par ailleurs des secteurs qui ne demandent pas un haut degré de formation. Des solutions doivent être trouvées. Il n’est pas possible de continuer à avoir tant de métiers en pénurie alors que nous constatons un taux d’inactivité toujours trop important en Région Wallonne, » conclut le Secrétaire Général du SNI.
 

Partagez

Devenez membre du SNI

et profitez de tous les avantages de votre affiliation.

Affiliez-vous