« Les indépendants vont être les victimes indirectes des nouvelles mesures du CNS »

Catégorie Général
« Les indépendants vont être les victimes indirectes des nouvelles mesures du CNS »

Le Conseil National de Sécurité s’est réuni aujourd’hui dans l’urgence. Le SNI prend acte de ces décisions mais les regrette. « Nous sommes bien entendu absolument conscients de la nécessité de casser au plus vite ce rebond de l’épidémie mais les entrepreneurs ne peuvent pas en être les victimes indirectes. » L’organisation de défense des indépendants songe ainsi à l’impact sur les exploitants horeca ou les traiteurs qui vont être directement touchés par la réduction de la bulle sociale à 5 personnes. « L’événementiel manquait toujours de perspectives et de possibilités réelles ; la diminution de moitié des personnes autorisées dans les événements va être le coup de grâce pour de nombreux entrepreneurs qui s’en sortaient à peine ». Il en va de même pour le retour en arrière dans les magasins. « C’est une catastrophe pour les commerces à quelques jours du début des soldes ». Le SNI regrette enfin à nouveau les problèmes d’incohérences, notamment entre fêtes foraines considérées comme événements et parcs d’attractions.

Les indépendants victimes indirectes

Les chiffres des contaminations au Covid-19 sont fortement repartis à la hausse ces derniers jours. Le Conseil National de Sécurité s’est donc réuni ce lundi dans l’urgence. Le SNI prend acte de ces décisions mais les regrette. « Nous sommes bien entendu totalement conscients de la nécessité sanitaire absolue de casser au plus vite le rebond épidémiologique », constate le SNI. « Cependant, les indépendants vont être les victimes indirectes de ces mesures alors qu’ils font tout leur possible pour se conformer aux règles en vigueur. »

Horeca, traiteurs, événementiel, forains

L’organisation de défense des indépendants pointe aussi plusieurs exemples. Ainsi, selon le SNI, les exploitants horeca et les traiteurs notamment seront directement touchés par la réduction de la bulle sociale à 5 personnes en plus de la cellule familiale. « Il était déjà compliqué d’organiser un mariage dans les circonstances actuelles, ce sera maintenant impossible vu le nombre maximum de 10 personnes ».

« L’événementiel manquait toujours de perspectives et de possibilités réelles ; la diminution de moitié des personnes autorisées dans les événements va être le coup de grâce pour de nombreux entrepreneurs qui s’en sortaient à peine ». Par ailleurs, qu’en est-il du traitement qui risque d’être différent entre, d’un côté, un fête foraine et un parc d’attractions ? « Si l’on entend les décisions du CNS, les kermesses pourraient être limitées à 200 personnes voire être tout simplement annulées par décision d’un bourgmestre. C’est déjà le cas pour la Foire du Midi. C’est une véritable catastrophe pour ces dizaines d’indépendants. Et pourtant, de l’autre côté, les parcs d’attraction sont eux autorisés à recevoir de nombreuses personnes en leur sein… »

Commerces, une catastrophe à l’approche des soldes

Les soldes ont été reportés cette année au 1er août. Après plusieurs mois de fermeture obligatoire, ils devaient permettre aux commerçants de pouvoir se défaire d’une partie de leurs stocks. « Aujourd’hui, le retour à l’imposition du shopping à une seule personne et une limitation à 30 minutes va être là aussi une catastrophe pour nombre de commerces. Les soldes constituent souvent un moment de shopping de détente à plusieurs. Cela ne sera pas permis. » Selon le SNI cela va encore fragiliser un secteur qui se remet à peine du lockdown et où le chiffre d’affaires est encore loin d’être revenu à la normale. « Il faut vraiment craindre une vague de faillites », conclut le SNI.

Partagez