Les indépendants exigent clairement une pension plus élevée

Les indépendants exigent clairement une pension plus élevée

Cette année, le statut social des indépendants existe depuis 50 ans. 29 pourcent des indépendants trouvent que l’harmonisation de la pension minimale avec celle des travailleurs est la réalisation la plus importante de ces 50 dernières années au sein de ce statut. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par le SNI à laquelle 1022 indépendants ont participé. 15 pourcent considèrent la diminution des cotisations sociales de 22 à 20,5 pourcent, un procès finalisé cette année, comme la réalisation la plus importante, alors que 13 pourcent des indépendants estiment qu’il s’agit du calcul des cotisations sociales sur base des revenus de la même année. Concernant ce qui reste à réaliser au sein du statut social, 43 pourcent des indépendants sont parfaitement clairs : une pension plus élevée. « En moyenne, un indépendant perçoit actuellement une pension de 860 euros par mois. Ce montant est totalement insuffisant pour pouvoir profiter de sa pension sans soucis », accentue Christine Mattheeuws, présidente du SNI.

Depuis 2015 la pension minimale des indépendants et des salariés est la même. Pour presque un tiers des indépendants (29 pourcent) cette harmonisation est la réalisation la plus importante au cours des 50 ans du statut social. Pour les isolés le montant de la pension minimale s’élève actuellement à 1220,86 euros, pour les ménages à 1525,60 euros. Toutefois, il faut préciser que beaucoup d’indépendants perçoivent souvent moins de pension que la pension minimale. Ce montant est en effet seulement accordé après un carrière complète de 45 ans.

Selon les indépendants la deuxième et la troisième réalisation la plus importante concernent les cotisations sociales qu’ils doivent payer chaque trimestre. La diminution des cotisations sociales de 22 pourcent en 2015 à 20,5 pourcents en 2018 est selon 15 pourcent des indépendants la réalisation la plus importante réalisée durant les 50 ans de statut social. Ils ressentent cette mesure de manière positive dans leurs portefeuilles. Dès lors, il n’est pas surprenant que 13 pourcent des indépendants trouvent que le calcul des cotisations sociales basé sur les revenus de l’année soit la meilleure mesure. Depuis 2015, les indépendants ont l’opportunité de payer moins de cotisation sociales quand ils peuvent démontrer qu’ils ont moins de revenus à cause de maladie, grossesse ou la perte d’un client important. Depuis lors, les indépendants ont la possibilité de payer les cotisations sociales selon l’évolution de leur revenu, ce qui est en fait tout à fait logique.

Le SNI a également demandé d’avancer des mesures que les indépendants aimeraient voir réaliser au sein de leur statut social. De loin en première position: une pension plus élevée. « Une revendication légitime », estime la présidente du SNI Christine Mattheeuws. « En moyenne, un indépendant reçoit actuellement une pension de 860 euros par mois. Ce n’est rien comparé aux salariés (1200 euros par mois en moyenne) et surtout comparé à la pension d’un fonctionnaire (2600 euros par mois en moyenne).  Tous les statuts vont devoir converger l’un dans l’autre. »

1/5ème des indépendants demandent d’obtenir une indemnisation quand ils cessent leur activité égale à l’allocation de chômage que les demandeurs d’emplois perçoivent. Actuellement, les indépendants peuvent percevoir une indemnité via le droit de passerelle, mais ce droit est uniquement valable pour les indépendants qui sont confrontés à des cas de force majeur, comme des allergies, un incendie ou une destruction, et pour les indépendants en difficultés économiques qui doivent cesser leur activité. Ces critères excluent beaucoup d’indépendants. C’est la raison pour laquelle le SNI continue à œuvrer pour une indemnisation pour tous les indépendants qui cessent leurs activités, délibérément ou pas.

La priorité la plus importante pour 13 pourcent des indépendants est d’obtenir une indemnité d’incapacité de travail à partir du premier jour de maladie. Depuis cette année, ils perçoivent une indemnité après le 14ème jour (auparavant c’était qu’après 1 mois), mais il n’y a aucune raison pour que les indépendants n’aient pas droit à une indemnité en incapacité de travail dès le premier jour, comme existe pour les salariés déjà depuis longtemps.

En savoir plus sur les 50 ans du statut social: www.happyindependentsyear.be/fr

Partagez