L’augmentation du nombre d’indépendants est en grande partie due aux indépendants à titre complémentaire et aux indépendants actifs après l’âge de la pension

L’augmentation du nombre d’indépendants est en grande partie due aux indépendants à titre complémentaire et aux indépendants actifs après l’âge de la pension

Il ressort du rapport annuel de l’Institut national d’assurances sociales pour travailleurs indépendants (INASTI) que le nombre d’indépendants a augmenté de 2,76 pourcent en 2017 (29.241 unités) par rapport à l’année 2016. C’est en soi une bonne nouvelle, mais le SNI nuance immédiatement : les indépendants à titre complémentaire et les indépendants qui sont actifs après l’âge de la pension représentent 70 pourcent de cette augmentation. Le nombre d’indépendants à titre principal a augmenté l’année dernière d’à peine 1,2 pourcent, c’est-à-dire la plus faible augmentation depuis des années. “Notre pays a cependant besoin de plus d’entrepreneurs à temps plein”, dit Christine Mattheeuws, la présidente du SNI. “Par conséquent, il s’avère nécessaire d’améliorer le statut social, la fiscalité et la charge administrative considérable.”

Il y a 29.241 indépendants supplémentaires en un an, comme il ressort du rapport annuel de l’INASTI, ce qui représente une augmentation de 2,76 pourcent. Parmi ces 29.241 unités supplémentaires, il y a 14.138 indépendants à titre complémentaire et 6.574 indépendants encore actifs après l’âge de la pension. Le nombre d’indépendants à titre principal n’a augmenté en 2017 que de 8.529 unités.

Le SNI trouve préoccupant que le nombre d’indépendants à titre principal augmente si peu. Il est évident que l’entrepreneuriat à plein temps fasse encore fuir de nombreuses personnes. “Le statut social des indépendants est encore insuffisamment attractif, même si des améliorations significatives ont été apporté ces dernières années”, dit Christine Mattheeuws, la présidente du SNI. “Les pensions toujours faibles octroyées aux indépendants, le manque de filet de sécurité en cas d’échec et la protection limitée


en cas de maladie ou d’incapacité de travail continuent à constituer les barrières principales pour les personnes qui hésitent à démarrer une activité indépendante.”

L’impôt des personnes physiques élevé que les indépendants constitués en entreprise unipersonnelle paient est également un frein à l’entrepreneuriat. L’impôt des sociétés  a été diminué mais la moitié des indépendants ne possède pas de société, juste une entreprise unipersonnelle. Il s’avère donc urgent de diminuer l’impôt des personnes physiques. Voici un autre obstacle : la charge administrative reste colossale et on accorde peu d’attention à ce domaine. Les frais totaux de la charge administrative des entreprises et des indépendants ont augmenté de 2,3 pourcent entre 2014 et 2016, c’est-à-dire qu’elle est passée de 6,64 milliards d’euros en 2014 à 6,79 milliards en 2016, comme il ressort des chiffres d’une étude menée par le Bureau Fédéral du Plan. Tant qu’il n’y aura aucun changement, fort peu de personnes auront envie de démarrer une activité entrepreneuriale.

Partagez