De plus en plus de très jeunes se lancent dans l’entrepreneuriat, mais il y a encore des progrès à faire

Catégorie Entreprendre
De plus en plus de très jeunes se lancent dans l’entrepreneuriat, mais il y a encore des progrès à faire

Ces dernières années, l’entrepreneuriat a la cote auprès des jeunes. En dix ans, le nombre de jeunes indépendants âgés de 18 à 22 ans, a augmenté de 54 pourcent dans notre pays alors que le nombre total d’indépendants n’a augmenté ‘que’ de 20 pourcent pendant cette même période. Ces résultats ressortent d’une analyse, effectuée par le SNI sur base des données de l’INASTI. Et pourtant, l’année dernière, les jeunes indépendants de moins de 22 ans ne représentaient même pas un pourcent (0,76 pourcent pour être exact) du nombre total des indépendants. Le SNI estime qu’il y a moyen mais qu’il est aussi nécessaire d’améliorer ce chiffre. C’est pourquoi le SNI estime que l’enseignement a un rôle important à jouer. « L’enseignement doit être plus axé sur l’entrepreneuriat » estime la présidente du SNI, Christine Mattheeuws.

Par rapport à il y a dix ans, le nombre de très jeunes indépendants (entre 18 et 22 ans) a augmenté de plus de la moitié dans notre pays (54 pourcent pour être exact) alors que le nombre total d’indépendants n’a augmenté ‘que’ de 1/5ème entre 2006 et 2016. Ceci résulte d’une analyse, effectuée par le SNI, sur base des chiffres de l’Institut National d’Assurances Sociales pour Travailleurs Indépendants (INASTI).

L’entrepreneuriat a le vent en poupe ces dernières années auprès des jeunes. Dans certains secteurs (web, e-commerce, médias sociaux, informatique), les coûts de lancement d’une nouvelle entreprise sont d’ailleurs très faibles. De plus, les jeunes entrepreneurs ont moins peur d’échouer une première fois en tant qu’entrepreneur, pour eux cela fait partie du processus d’apprentissage. Pourtant la proportion d’indépendants, âgés de 18 à 22 ans, est restée très limitée en 2016, avec 0,76 pourcent.

Notre pays a du retard au niveau de l’entrepreneuriat. Malgré le fait que bon nombre de Belges soient intéressés à créer leur propre entreprise, peu d’entre eux osent faire le pas. Le SNI plaide depuis longtemps pour l’introduction d’une culture financière et entrepreneuriale dans l’enseignement. Ces cours sont toujours utiles, même lorsqu’une personne ne se lance pas immédiatement dans l’entrepreneuriat. Les cours relatifs à la culture financière et à l’entrepreneuriat constituent un bon développement des connaissances générales et peuvent aider lors de la gestion des propres moyens financiers.

Partagez