6 commerçants de détail sur 10 n’ont pas envie de participer au ‘Black Friday’

Catégorie Commerce
6 commerçants de détail sur 10 n’ont pas envie de participer au ‘Black Friday’

Le ‘Black Friday’ a lieu ce vendredi. Aux États-Unis, il s’agit d’une journée au cours de laquelle des réductions substantielles sont octroyées depuis de nombreuses années. Ce phénomène arrive clairement chez nous et il y devient de plus en plus populaire, selon ce qu’il ressort d’une enquête du SNI à laquelle 496 commerçants ont participé. 91 pourcents des commerçants de détail connaissent le ‘Black Friday’, mais six commerçants de détail sur dix n’y prennent délibérément pas part. Bien que cette journée à thème gagne énormément en notoriété et en importance, de nombreux commerçants de détail en ont marre de toutes ces journées successives d’octroi de réductions. Quelques commerçants indiquent que, au lieu d’octroyer des réductions, ils aimeraient organiser une action pour une bonne cause. 6 pourcents des commerçants sondés l’ont d’ailleurs déjà fait. “Le nombre excessif de journées à thème ronge les marges bénéficiaires des commerçants de détail, qui ne peuvent pas octroyer des réductions en permanence. Cela nous réjouit qu’un certain nombre d’entre eux contrebalancent cela en apportant leur contribution afin d’aider les personnes plus défavorisées”, dit Christine Mattheeuws, la présidente du SNI.

Aux États-Unis, le lendemain de ‘Thanksgiving’ c’est le ‘Black Friday’, une journée au cours de laquelle les magasins déballent des réductions et d’autres offres exceptionnelles. Le ‘Black Friday’, qui a lieu ce vendredi, connaît également un succès grandissant dans notre pays. En 2014, seuls 14 pourcents de commerçants de détail connaissaient ce concept. Ils sont actuellement 91 pourcents, selon ce qu’il ressort d’une enquête à laquelle 496 commerçants ont participé. Toutefois, 61 pourcents des commerçants de détail ne prennent délibérément pas part à la guerre des prix lors du ‘Black Friday’.

67 pourcents des commerçants de détail qui ne participent pas au ‘Black Friday’ ne le font pas parce que les nombreuses journées de réductions ont presque complètement absorbé leurs marges bénéficiaires. 6 pourcents d’entre eux en ont marre de cette surabondance de journées promotionnelles et ils y réagissent en organisant de différentes manières des collectes de fonds pour des bonnes causes. Des actions comme la ‘Journée des nez rouges’ et la ‘Semaine la plus chaude’ n’y sont pas étrangères. Le SNI prévient qu’il y a une surabondance de ce type de journées promotionnelles. Le mois dernier, nous avons déjà découvert la ‘Journée du web shop’ et le ‘Singles Day’ (la ‘Journée des célibataires’). En outre, des réductions ont également été proposées dans le cadre d’ ‘Halloween’ et, à l’approche des fêtes de fin d’année, des ventes couplées ont également été organisées en différents lieux. Un événement attractif est un événement qui ne dure qu’un seul jour ou deux jours et qui, en outre, ne se répète pas à tout bout de champ. Il est possible d’ajourner son comportement d’achat lors de ces journées promotionnelles successives, mais pas lors d’événements uniques: c’est maintenant ou jamais. De plus, les marges bénéficiaires pour les commerçants de détail ne sont pas de nature à permettre l’octroi de réductions quotidiennes qui mettent la distribution sous pression. “Trop c’est trop”, déclare encore Christine Mattheeuws, la présidente du SNI.

En outre, selon le SNI, la pratique de guerres des prix entraîne la disparition des commerces de détail et donc un affaiblissement de l’offre. Par conséquent, les consommateurs devront de plus en plus choisir parmi une plus petite gamme de produits. Les commerçants de détail font encore souvent la différence désormais lorsqu’il s’agit d’une offre unique et durable.

 

Partagez